Liberté/Responsabilité

09/12/2022
Nous vivons dans une société où nous voulons être libres. Nous nous disons « libres », ou nous exprimons le désir de l’être. Mais libres de quoi ? Et surtout, que signifie réellement être libres ?

Pour de nombreuses personnes, liberté est un terme qui fait rêver. Il veut dire que nous pouvons faire ce que nous voulons, que nous pouvons être qui nous souhaitons. Et quelque part, ça n’est pas totalement faux.
Bien sûr que prendre – ou reprendre – sa liberté signifie cela. Autrement nous portons des chaînes, même invisibles, autour de nous. Soit pour correspondre à une image que l’on nous a enseigné, soit pour plaire, soit pour ne pas se faire remarquer …

Mais être libre, ça n’est pas un joli rêve où il va nous suffire de déployer nos ailes pour nous envoler là où nous le désirons, où nous porte notre cœur. Être libre, c’est surtout faire face à ses responsabilités. Car si nous sommes libres, nous ne pouvons plus déléguer ces responsabilités.

Être libre c’est :

  • Prendre nos décisions et faire nos propres choix,
  • Assumer nos choix ainsi que nos erreurs et les revendiquer,
  • Assumer qui l’on est (nos actes, nos paroles … ),
  • Ne jamais reporter de faute sur autrui ou sur une situation,
  • Être Maître de Soi …


Oui, la liberté fait rêver. Mais finalement, nous sommes très peu à la désirer pleinement. Où à la désirer en pleine conscience. Parce que nous sommes nombreux à ne pas apprécier les responsabilités inhérentes à cet état d’esprit et d’être.

Le problème, c’est que la liberté est devenue un terme de développement personnel : soyons libres ! Libérons nous !
C’est presque un mantra. Qui n’a, en fin de compte, que peu de sens et de puissance si nous lui ôtons ses fondamentaux.

D’ailleurs, la liberté inclus aussi la reconnaissance de l’autre. Sa liberté à lui. Être libre nous donne l’obligation de respecter autrui. Parce que si nous sommes libres, nous le sommes surtout de donner aux autres ce que nous voulons pour nous.

Ho’oponopono, une vision de la liberté

La pratique venue d’Hawaï, Ho’oponopono, comporte plusieurs mantras, y compris : nous sommes à cent pour cent responsables de notre vie !

Même dans le développement personnel, nous ne coupons pas aux responsabilités. Elles y sont même ancrées très profondément. Comment pourrions-nous envisager d’être libres si nous n’acceptons pas les responsabilités qui en découlent ?

La liberté dont parle Ho’oponopono est aussi énergétique. Énergétiquement, nous savons que nous attirons à nous ce que nous envoyons. En résumé, chaque acte, parole et pensée que nous envoyons est une onde d’énergie. Elle nous est renvoyée par la Loi de l’Attraction (qui agit comme un miroir).

En d’autres termes, nous nous devons de faire en sorte de recevoir ce que nous désirons dans notre vie. Nous savons, énergétiquement parlant, que le positif et le négatif n’existent pas. Ils naissent de notre état d’esprit. C’est nous-mêmes qui créons les aspects positifs et négatifs selon la manière dont nous voyons et envisageons les choses. Nous comprenons donc qu’il est de notre devoir de créer les aspects que nous souhaitons voir exister dans notre vie.

Être libre, c’est donc avant tout un travail intensif sur soi. Une introspection quotidienne et même, du moins au début, de chaque instant. Être libre, c’est avoir des droits, naturellement :

  • D’être qui nous voulons,
  • De faire ce que nous voulons,
  • De choisir la vie qui nous convient…


Mais c’est aussi des devoirs :

  • De respecter (soi-même, les autres et ce qui nous entoure),
  • De nous assumer pleinement (nos actes, nos pensées et nos paroles mais aussi ce qui en résulte)…


Si nous désirons vraiment être libres, nous devons donc accepter tout ce qui s’intègre dans ce terme. Nous ne pouvons pas prendre ce que nous voulons et laisser le reste. Pourquoi ? Parce qu’accepter les responsabilités nous libère, justement !

Ne pas accepter les responsabilités, c’est rester attaché à tout ce sur quoi nous voulons déléguer, projeter ce que nous n’assumons pas (les autres et les situations). Mais c’est aussi refuser la gestion que nous avons de nous-mêmes : la maîtrise de nos actes, paroles, pensées et même de nos émotions.

Oui, la personne libre est son propre Maître. Elle ne maîtrise rien d’autre qu’elle-même, mais elle sait que c’est le seul but à atteindre qui en vaille vraiment la peine. Nous n’avons pas besoin de contrôle sur quoi que ce soit d’autre que soi pour être libre. Bien au contraire, plus nous relâchons notre désir de contrôle, plus nous serons dans le lâcher prise, et plus nous serons dans la gestion de soi.

« Le plus grand voyageur n’est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a su faire une fois le tour de lui-même. »

Gandhi

Namaste 🦋