La Passe-Miroir

22/06/2022
Passer les miroirs, ça demande de s'affronter soi-même, avait dit le grand-oncle. Ceux qui se voilent la face, ceux qui se mentent à eux-mêmes, ceux qui se voient mieux qu'ils sont, ils pourront jamais. 

Ophélie est une jeune fille timide lorsque nous la rencontrons. Habituée à vivre au musée de son grand-oncle, elle n'a guère de contacts humains, excepté sa famille. 
C'est un personnage tout en douceur, mais plein de détermination, de volonté et de courage. 

Sans en avoir l'air, elle prend ses responsabilités et prouve plusieurs fois qu'elle est parfaitement apte à décider de sa vie. À choisir qui elle est. 

Son Don est à lui seul une preuve de la vision claire qu'elle a d'elle. Elle ne le perdra jamais, sauf lors de son refus de s'avouer ses sentiments envers Thorn. 

Plongée dans les complots, au sein d'un monde qu'elle ne connait pas et qui l'effraie, elle parvient toutefois à trouver sa place. À s'assumer dans un univers qui n'est, a priori, pas du tout fait pour elle : trop froid, trop complexe, trop dur. Elle a, en outre, une capacité certaine à s'attacher l'amitié des bonnes personnes. 

Ophélie nous apprend, tout au long de la saga, à avoir confiance en nous. Que les aptitudes personnelles de chacun d'entre nous comptent et importent. 

Parfois, les personnes les plus optimistes, courageuses et même puissantes ne sont pas de celles que l'on remarque au premier coup d'œil. Ça peut être des personnes "transparentes", qui se fondent apparemment dans le décor. Finalement, Ophélie est un caméléon. Apte à s'adapter à toute situation, mais aussi à tout endroit inconnu d'elle, pour réussir les missions qu'elle se confie. 

C'est très certainement d'elle que j'ai le plus appris tout au long de ma lecture. 

Et ce peut être le cas pour chacun d'entre nous, même si nous ne ressemblons pas à elle. D'autre part, Thorn est son parfait pendant masculin : lui aussi manque de confiance en lui, plus encore qu'elle peut-être, et lui aussi se voit clairement puisqu'il utilise le Don d'Ophélie sans le moindre accroc.  

Être un Passe-Miroir, c'est se Voir. Psychiquement. Mentalement. Pleinement. Défauts et qualités acceptés ou non, le tout est d'avoir conscience qu'ils sont là. C'est peut-être l'une des plus belles leçons qu'offre cette saga. Et celle qui permet le sauvetage du Monde dans les romans. 

Et nous ? Sommes-nous prêts à nous Voir ?